carotte


carotte

carotte [ karɔt ] n. f.
• 1564; carote 1538; garroite 1393; lat. carota, gr. karôton
I
1Plante potagère (ombellifères) cultivée pour sa racine charnue riche en carotène, en sucre et en vitamines. Éclaircir un plant de carottes. Fanes de carottes. Botte de carottes.
2Racine comestible de cette plante. Carottes fourragères, blanches ou jaunes. Carottes Vichy, carottes à la crème. Carottes râpées, crues et assaisonnées. — Fam. Mange des carottes, ça rend aimable. Région. (Suisse, Savoie) Carotte rouge : betterave rouge.
Loc. fam. Les carottes sont cuites : tout est fini, perdu (cf. C'est la fin des haricots). — La carotte ou le bâton : l'incitation ou la menace (par allus. à l'âne qu'on ne fait avancer qu'à coups de bâton ou en lui tendant une carotte). Marcher à la carotte : agir en étant poussé par l'appât du gain.
3Par anal. Carotte de tabac : rouleau de feuilles de tabac. — Enseigne rouge, à double pointe, des bureaux de tabac français.
4Techn. Échantillon cylindrique retiré du sol. carottage (2o).
Matière qui remplit le canal d'alimentation d'une presse à matières plastiques.
5 Adj. inv. Rouge carotte, couleur carotte. Avoir les cheveux carotte. roux. « Poil de carotte », de Jules Renard.
IIFig. et fam.
1(1784) Vieilli Tirer une carotte à qqn, lui extorquer de l'argent par artifice. ⇒ carotter.
2(1913) Au tennis, Balle qui tourne sur elle-même et trompe l'adversaire.

carotte nom féminin (latin carota, du grec karôton) Plante cultivée pour sa racine comestible de forme cylindrique, plus ou moins allongée, de couleur rouge. (Il existe aussi des carottes fourragères à la racine plus volumineuse, blanche ou jaune, ainsi que des carottes sauvages, très communes dans les prés et au bord des chemins.) Enseigne rouge en forme de deux cônes verticaux opposés par leur base commune et devenue réglementaire pour la signalisation des bureaux de tabac en France. Familier. Avantage que l'on fait miroiter à quelqu'un pour obtenir quelque chose de lui. Fragment de tissu prélevé sur un organe par ponction-biopsie au moyen d'une aiguille creuse spéciale. Échantillon cylindrique de terrain, découpé par un outil spécial de forage appelé carottier. Dans le moulage des polymères par injection, matière ayant rempli le canal d'alimentation entre le nez du cylindre d'injection et l'entrée dans le moule. Un des modes de présentation du tabac à mâcher en France. ● carotte (difficultés) nom féminin (latin carota, du grec karôton) Orthographe Avec un r et deux t. De même pour les dérivés (carottage, carotter, carotteur, carottier), à l'exception de carotène, qui ne prend qu'un t. ● carotte (expressions) nom féminin (latin carota, du grec karôton) Carotte rouge, en Suisse, betterave rouge. La carotte et le bâton, méthode de gouvernement utilisant tour à tour les promesses démagogiques et la répression. Familier. Les carottes sont cuites, l'affaire est perdue. Familier et vieux. Tirer une carotte à quelqu'un, lui soutirer une petite somme par un mensonge. ● carotte adjectif invariable De couleur rouge ; roux.

carotte
n. f. (et adj. inv.)
rI./r
d1./d Plante (Fam. ombellifères) à racine pivotante rouge, jaune ou blanche, dont certaines variétés (dites potagères) sont cultivées pour leur racine comestible et d'autres (dites fourragères) pour l'alimentation des animaux.
d2./d Racine rouge orangé de la carotte potagère.
|| Loc. fig., Fam. Les carottes sont cuites: c'est fini, on ne peut plus rien faire.
d3./d adj. inv. De la couleur de la carotte potagère; roux.
rII./r Par anal.
d1./d Carotte de tabac: feuilles de tabac à chiquer roulées en forme de carotte.
d2./d échantillon cylindrique prélevé d'un sol par sondage.
rIII/r Fig. La carotte et le bâton: la récompense et la sanction.

⇒CAROTTE, subst. fém.
A.— Plante potagère de la famille des Ombellifères, dont la racine le plus souvent rouge, pivotante, au goût légèrement sucré est comestible, et dont certaines espèces sont cultivées comme plantes fourragères. Semence, champ de carottes; carotte jaune, rouge.
P. brachylogie. Semer des carottes. Semer des semences de carottes.
En partic. Racine comestible de cette plante. Plat de carottes; carottes rapées; éplucher des carottes.
SYNT. Botte, fanes, épluchures, zeste, jus de carottes; gratter, couper des carottes; carottes vichy, carottes à la crème.
B.— P. méton. Couleur de la carotte.
1. [En emploi apposé] Fam. Qui est d'un roux plus ou moins ardent.
a) [Le plus souvent en parlant des cheveux] Cheveux, accroche-cœur, tignasse carotte.
Poil carotte. (Avoir le poil carotte, être de poil carotte.) (Avoir) les cheveux roux, (être) rouquin. Un lycéen (...) de poil carotte (JAMMES, Mémoires, 1921, p. 149).
[En partic., p. réf. au personnage de Jules Renard, dénommé Poil de carotte dans le roman de ce nom, 1894, repris en 1900 au théâtre] Être poil de carotte. Même sens : Avoir les cheveux roux.
P. méton. [Pour désigner une pers.] Modigliani (...) a fait mon portrait en Poil de Carotte (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, pp. 186-187).
b) [En parlant de la couleur] Couleur carotte. J'étais déjà chez moi (...) dans cette véritable cellule, carrelée de rouge carotte, chaulée de blanc pur (H. BAZIN, Lève-toi et marche, 1952, p. 29).
2. Emploi abs. Personne rousse :
1. ... un buisson de cheveux crépelés, d'un rose de cuivre, éclairèrent le haut de la rue.
— Hou! la rousse! souffla le cadet. Hou! la carotte!
COLETTE, Sido, 1929, p. 158.
C.— [P. anal. de forme]
1. Carotte de tabac. Rouleau serré de feuilles de tabac à mâcher. (Morceau de) tabac en carotte; carottes à chique.
Loc. fam. [P. réf. aux carottes de tabac aux feuilles très étroitement serrées (cf. L. LARCHEY, Les Excentricités de la lang. fr. en 1860, 1859, p. 515); en parlant d'une pers.] Ficelé comme une carotte (de tabac). Un soldat russe, empaqueté de serviettes chaudes, ficelé comme une carotte de tabac (MUSSET, « Le Temps » , 1831, p. 47).
Partic., p. dérision. Habillé très serré :
2. ... les pas lourds de la coquette veuve qui descendait interrompirent les prophéties de Vautrin. — Voilà mamman Vauquerre belle comme un astrrre, ficelée comme une carotte. N'étouffons-nous pas un petit brin? (...); les avant-cœurs sont bien pressés, maman.
BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 208.
Enseigne rouge, dont la forme symbolise une carotte et signalant les bureaux de tabac.
2. GÉOL., MINES, OCÉANOGR. Échantillon de terrain (roche, argile, etc.), en forme de cylindre allongé, prélevé dans un trou de sondage au moyen d'un carottier. Synon. témoin. Carottes de sondage; carotte d'argile; prélever des carottes.
Rem. 1. Les carottes, naguère mal protégées, s'érodaient à la remontée et prenaient une forme légèrement conique : d'où la similitude avec la racine et le nom (d'apr. Pétrol. 1964). 2. Lar. encyclop. atteste l'emploi du verbe carotter pour signifier « exécuter un carottage ».
D.— Emplois métaph. ou fig.
1. Expr. proverbiales, péj.
a) Les carottes sont cuites. Tout est décidé, il n'est plus possible d'y changer quelque chose. Synon. les jeux sont faits :
3. — Je recevrai demain l'avis officiel du non-lieu.
Il ne peut plus y avoir de surprise?
— Non : les carottes sont cuites, comme on dit.
MAURIAC, Thérèse Desqueyroux, 1927, p. 171.
b) [P. réf. au prix peu élevé des carottes]
Vieilli. Ne vivre que de carottes. Vivre chichement (cf. aussi carotter I B).
Rem. Attesté ds les dict. du XIXe s., ds Lar. 20e et QUILLET 1965.
JEUX. Jouer la carotte. Jouer d'une manière mesquine, en ne hasardant que très peu. Anton. jouer gros jeu.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que ds Lar. 20e, ROB. et QUILLET 1965.
c) Néol. [P. réf. au fait qu'un âne réticent se décide à avancer si on lui présente une carotte, et p. oppos. au bâton, moyen autoritaire d'obtenir le même résultat]
Avantage promis en échange d'un effort. Marcher à la carotte. ,,N'accepter d'agir que poussé par l'appât d'un gain, fût-il illusoire`` (ÉD. 1967).
En partic. ,,Méthode de commandement, de gouvernement qui cherche à obtenir l'assentiment, la confiance d'une catégorie de subordonnés, d'administrés en leur accordant divers avantages. (...) Ces avantages eux-mêmes`` (GILB. 1971). Les partisans de la « carotte » (GILB. 1971).
2. [P. réf. à la prudente lenteur avec laquelle on tire les carottes très longues du sol]
a) [Arg. de la police; cf. tirer les vers du nez] Tirer la carotte à quelqu'un. Sonder quelqu'un, le faire parler. Quelques voleurs, qui (...) se laisseraient tirer la carotte sur leurs affaires passées, présentes et futures (F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 3, 1828-29, p. 122).
b) Pop. Tirer une carotte à qqn. Lui soutirer habilement quelque chose, en particulier une somme en apparence peu importante d'argent, en abusant de sa confiance; p. ext. chercher à le tromper, à le duper dans une affaire médiocre :
4. — Tâchez d'avoir un passeport sous ce nom-là.
— Il n'est que neuf heures, le maire est au cabaret; je vais lui tirer cette carotte.
STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 151.
P. iron. et antiphrase :
5. — Gros cornichon! s'écria-t-elle en poussant un infernal éclat de rire, voilà la manière dont les femmes pieuses s'y prennent pour vous tirer une carotte de deux cent mille francs!
BALZAC, La Cousine Bette, 1846, p. 296.
[Arg. des casernes; cf. tirer au flanc] Tirer une (la) carotte. Essayer habilement, par simulation, d'obtenir un avantage personnel en se dérobant à une corvée.
En partic. Simuler pour obtenir du médecin une exemption de service :
6. Un cinquième [porteur], qui se traîne à peine, nous paraît tirer la carotte. En effet il nous accompagne le lendemain, et ne parle plus de son mal lorsqu'il comprend qu'il ne sera pas payé s'il refuse sa charge.
GIDE, Voyage au Congo, 1927, p. 783.
3. P. ext. (de D 2 b). Carotte. Petite escroquerie, duperie, supercherie :
7. ... des familles se grugeaient entre elles sous prétexte de commerce, afin de se laisser chiper de l'argent par leurs fils qui se laissaient, à leur tour, escroquer par ces femmes que dépouillaient, en dernier ressort, les amants de cœur. (...), c'était une chaîne ininterrompue de carottes, un carambolage de vols organisés...
HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 223.
8. Je vous ai parlé des religieuses et de leurs carottes. Le soutirage méthodique des petites sommes aux élèves, sous mille prétextes et d'un bout de l'année à l'autre, me fait horreur.
BLOY, Journal, 1902, p. 91.
Loc. Carotte de longueur. ,,Manœuvre préparée de longue main`` (ESN. 1966).
Arg. des casernes. Subterfuge pour se libérer d'un travail, d'une corvée :
9. Les anciens... grâce à une carotte... abrégeaient singulièrement la confection du lit; au réveil, ils le découvraient... mais par un large rabattement qui ne compromettait en rien l'agencement de l'ensemble.
E. TITEUX, Saint-Cyr et l'école spéciale milit. en France, 1898, p. 398.
P. méton., rare. Personne qui tire la carotte, qui tire au flanc. Synon. tire-au-flanc (cf. supra D 2 b) :
10. Il [Courteline] se complaît dans l'abjection, prend le parti de la carotte, du tire-au-flanc.
GIDE, Journal, 1940, p. 47.
Rem. À propos de la loc. tirer une carotte, LARCH. 1861 écrit : ,,les contrebandiers qui tiraient ou passaient continuellement des carottes de tabac à la frontière doivent avoir fait créer ce terme`` (interprétation reprise par QUILLET 1965). LITTRÉ note en rem. : ,,on a dit que la locution populaire tirer une carotte vient de ceci : à Carmagnole, le gouverneur savoyard avait frappé chaque botte de carottes, mise en vente au marché, d'un impôt équivalent à un demi-liard de notre ancienne monnaie; mais il admettait qu'on le payât en nature, c'est-à-dire que les estafiers tiraient à son profit deux carottes par botte`` (Extrait de la Chronique du Derby, dans la Patrie, 11 avr. 1868). On ne donne aucun texte à l'appui de ce dire. Dans la partie étymol. : ,,au lieu de tirer une carotte, l'italien dit : planter ou ficher des carottes (...). L'origine de cette façon de parler, c'est que, dans un sol meuble et doux, image de la crédulité, la carotte acquiert un développement admirable; l'expression italienne s'arrête à l'intention du semeur de carottes; le français considère le procédé qui les récolte`` (Génin, Récréat. t. 1, p. 310). En ce qui concerne l'emploi de carotte pour signifier « petite escroquerie » selon Lar. 19e : ,,... ce mot et ses dérivés sont venus de carotte, mesquinerie au jeu, car la prudence et la filouterie sont assez voisines dans cette matière. Cependant, quelques étymologistes prétendent que cette façon de parler vient de l'habitude qu'avaient les contrebandiers de passer des carottes de tabac à la frontière``. Pour ÉD. 1967 : ,,le sens argotique de duperie, d'escroquerie, pourrait dériver de l'astucieuse tactique des âniers qui présentaient un de ces légumes au bout d'une perche pour décider un animal rétif à avancer...``.
Prononc. et Orth. :[]. PASSY 1914 admet également la prononc. avec [] post. à l'initiale; à ce sujet cf. GRAMMONT Prononc. 1958, p. 32 : ,,Dans la prononciation populaire (...) est postérieur et bref dans quelques mots plus ou moins isolés comme : baron, carotte, carrosse, carré, sarrau, parrain, marraine, charron, larron, marron (...), madré, magot, scabreux, praline, Jacob, maçon, passion, bazar, brasier, jadis, masure, Basile, basane, Bazaine, Jason, blason, gazon, haillon, graillon, poulailler``; KAMM. 1964, p. 97 signale : ,,On entend parfois [] postérieur dans carotte, carriole, carrosse.`` MART. Comment prononce 1913 note que c'est à Paris que l'on prononce [] post. dans carotte et il ne conseille pas cette prononc. ROUSS.-LACL. 1927, p. 148 fait la même constatation pour Paris mais ajoute : ,,En province, bazar, carrosse, carrote, casserole reçoivent des moyens.`` Pour FOUCHÉ, Prononc. 1959, p. 85 : ,,l'[] a pour ainsi dire disparu dans abrasif, avocaillon, basalte, basane, basilic, basilique, basoche, bazar, carotte, carrousel``. FÉR. 1768 souligne qu'on ne prononce pas [tt] géminées dans carotte et FÉR. Crit. t. 1 1787 propose d'écrire carote. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1393 garroite « plante dont la racine charnue est comestible » d'où « la racine même de cette plante » (Ménagier, éd. Sté Bibliophiles fr., t. 2, p. 244); 1538 carote (ESTIENNE, Dict. latinogallicum, s.v. daucus); 1564 carotte (LIÉBAULT, p. 377 ds GDF. Compl.); d'où 1694 ne vivre que de carottes « vivre mesquinement » (Ac.); 1878 avoir ses carottes cuites « être mourant, agoniser » (ds FEW t. 2, 1, s.v. carota, p. 396b, sans ex.); p. anal. 2. 1721, 1er août tabac en carotte « rouleau de feuilles de tabac en forme de carotte » (Déclaration rendue à la suite du rétablissement du privilège de la Ferme générale ds BRUNOT t. 6, p. 491); 1723 carotte de tabac (SAVARY DES BRUSLONS, Dict. universel de comm., Paris); 3. 1887-90 « petit cylindre de roche ou de terrain que l'on extrait du fond d'un trou de sonde » (Gde Encyclop.); 4. 1846 couleur carotte « couleur rouge » (BALZAC, La Cousine Bette, p. 434 : une girafe couleur carotte); 1858 adj. cheveux carotte (LARCH., p. 432). B. Fig. et fam. a) 1784 arg. de la police tirer la carotte « extorquer à quelqu'un des aveux par des moyens adroits » (ESN., sans ex.); d'où 1831 tireur de carottes « prétexte inventé pour soutirer de l'argent » (Raspail ds ESN.); b) 1966, 10 févr. « avantage accordé pour obtenir l'assentiment, la confiance d'une catégorie de subordonnés, d'administrés » (Le Monde ds GILB.); 1969, 2 janv. le bâton et la carotte (La Croix, ibid.). Empr. au lat. carota « id. » (APICIUS, 3, 21 tit. ds ANDRÉ Bot.) lui-même empr. au gr. (Diphilus Siphnius ap. ATH. 371c [texte douteux] ds CHANTRAINE); A 3 est, comme A 2, issu de A 1 p. anal. de forme; l'hyp. d'un empr. à l'angl. (DAUZAT 1973) est à écarter, l'équivalent étant dans cette lang. : core-sample ou core, terme des mines, proprement « centre d'une masse, noyau » (Harrap's standard French and English dictionary, English-French, ed. with Suppl. 1962); A 4 p. anal. de couleur. B a dér. de A, peut s'expliquer par le fait que l'on sort les carottes longues de terre en tirant doucement sur les feuilles (si on tire trop brutalement, les feuilles s'arrachent et la carotte reste dans la terre); peut-être aussi infl. de carotter « jouer mesquinement, ne hasarder que peu » (d'où l'idée de prudence et de ruse qu'implique l'expression tirer la carotte); b, cf. aussi l'expr. angl. to dangle a carrot « agiter la carotte » 1897 (Westm. Gaz. 24 Aug. 2/2 ds NED Suppl.) c'est-à-dire « faire des promesses pour attirer quelqu'un ». Pour d'autres explications, cf. supra rem. sous D in fine. Fréq. abs. littér. :259. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 149, b) 516; XXe s. : a) 636, b) 314. Bbg. GOTTSCH. Redens. 1930, p. 180. — GOUG. Mots t. 1 1962, p. 96. — MILLEPIERRES (F.). De qq. légumes. Vie Lang. 1966, pp. 17-25. — ROG. 1965, p. 50. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 148, 384.

carotte [kaʀɔt] n. f. et adj.
ÉTYM. 1564; carote, 1538; garroite, 1393; lat. carota, grec karôton.
———
I
A
1 Plante dicotylédone (Ombelliféracées) appelée scientifiquement daucus, à racine pivotante, comestible, cultivée comme plante potagère. || Tige, feuille de carotte. || Plant de carotte. || Fanes de carotte. || Champ de carottes. || Faire pousser, cultiver des carottes. || Récolter, tirer les carottes.
2 La racine seule (avec les fanes : botte de carottes, ou plus souvent sans elles). || Carottes fourragères, blanches, jaunes ou rouges. || Carottes potagères, rouges. || Carottes courtes, demi-longues, longues. || La carotte contient du sucre, des phosphates.Spécialt. Racine rouge, conique, de la carotte potagère. || Éplucher des carottes. || Manger des carottes, un plat de carottes. || Carottes vichy, carottes à la crème. || Carottes râpées (servies crues, en hors-d'œuvre, souvent à la vinaigrette).
0.1 Les justes proportions, ah, pour ça il s'y connaît… un peu d'oignon, un peu d'ail, et persillées, salées, poivrées… les plus délicieuses carottes râpées…
N. Sarraute, le Planétarium, p. 120.
tableau Noms de légumes.
Régional (Suisse, Savoie). || Carotte rouge : betterave rouge.
Loc. fam. (1878, avoir ses carottes cuites « être mourant »). Les carottes sont cuites : tout est fini, perdu (→ C'est la fin des haricots).
0.2 Je résume : nous n'allons pas faire la grève générale à deux mois et demi de l'examen, et nous n'allons pas vider le père de Trou-Machin, pour la bonne raison que c'est impossible (…) Alors, on est d'accord : cette année, les carottes sont cuites.
Michel de Saint-Pierre, les Nouveaux Aristocrates, p. 55.
(1966, emprunté à l'anglais). La carotte ou le bâton : l'incitation ou la menace (par allus. à l'âne qu'on ne fait avancer qu'à coups de bâton ou en lui tendant une carotte).
0.3 Donc, de Gaulle dissout la chambre, garde Pompidou, annonce les élections, et si ça ne suffit pas, il prendra d'autres mesures. La carotte ou le bâton.
Claude Courchay, La vie finira bien par commencer, p. 189.
Marcher à la carotte : agir poussé par l'appât d'un gain.La politique de la carotte, qui consiste à promettre des avantages aux gens dont on veut obtenir l'assentiment. || « L'idée de garder des condamnés douze, vingt-cinq ans d'affilée sans aucune carotte, sans aucun espoir, donne (aux directeurs de prison) le frisson » (l'Express, 1978).
3 (1723; par anal. de forme avec la racine comestible). || Carotte de tabac : rouleau de feuilles de tabac à chiquer, de forme plus ou moins conique. Chique.Enseigne rouge, à double pointe, des bureaux de tabac en France (icône d'une carotte de tabac à chiquer).REM. La signification n'en est que rarement perçue, le tabac ne se chiquant presque plus de nos jours.
4 (V. 1890). Techn. Échantillon cylindrique tiré du sol (par forage, etc.). Carottage (II.).
Matière qui remplit le canal d'alimentation d'une presse à matières plastiques; (métall.) bouchon de métal solidifié dans le trou de coulée.
0.4 (…) une sorte de bavure, qu'on appelle carotte. C'est le reste du cordon ombilical de matière plastique qui, durant le refroidissement, relie la matrice au cylindre, au travers du conduit injecteur.
Roger Vailland, 325 000 francs, p. 98.
5 Jeu qui consiste à lancer un couteau de manière qu'il se plante en terre.
0.5 (…) un de ses camarades, dis-je, qui jouait à la carotte — lançant son couteau d'un geste bref pour le planter dans le bois d'une table — (…)
Michel Leiris, l'Âge d'homme, p. 137.
6 (1913). Au tennis, Balle qui tourne sur elle-même et trompe l'adversaire.
B Adj. invar. (1846). || Rouge carotte, couleur carotte.D'un rouge voisin de celui de la carotte. || Avoir les cheveux carotte (cf., dans le même sens, Poil de Carotte, de Jules Renard). Roux.
1 Poil de Carotte, va fermer les poules !
Elle donne ce petit nom d'amour à son dernier né, parce qu'il a les cheveux roux et la peau tachée.
J. Renard, Poil de Carotte, Les poules.
tableau Désignations de couleurs.
———
II (1784). Fig., fam. Tirer la carotte, une carotte, des carottes à qqn : extorquer à qqn, par ruse, des aveux.(1831). Soutirer de l'argent à qqn, par artifice. Carotter.
2 Voilà la manière dont les femmes pieuses s'y prennent pour vous tirer des carottes de deux cent mille francs.
Balzac, in Rat, Dict. des locutions françaises.
3 Il a bien tenté, la première année, de me tirer quelques carottes… il m'écrivait des histoires romanesques pour m'attendrir… (…)
E. Labiche, les Petits Oiseaux, I, 8.
Absolt.Tirer la carotte (vieilli) : simuler, tirer au flanc. Carotter.
4 Un cinquième (porteur), qui se traîne à peine, nous paraît tirer la carotte. En effet il nous accompagne le lendemain, et ne parle plus de son mal lorsqu'il comprend qu'il ne sera pas payé s'il refuse sa charge.
Gide, Voyage au Congo, in Souvenirs, Pl., p. 783.
(En emploi libre). || Une carotte : une escroquerie.
5 Alors un soir, il me dit : — Alice, avant de me lier avec toi pour la vie, je veux éprouver la confiance que tu as en moi, et surtout ton dévouement. Tu vas me donner trente mille francs que je garderai chez moi jusqu'au jour de notre mariage.
Eh bien ! Monsieur Goron, devinez à quel point je suis tourte : non seulement je ne flairai pas la carotte, mais je n'hésitai pas une seconde.
Goron, l'Amour à Paris, t. I, p. 368.
DÉR. et COMP. Carotter. Décarottage. Carotène.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • carotte — CAROTTE. subst. fémin. Sorte de racine bonne à manger. Faire cuire des carottes. [b]f♛/b] On dit, qu Un homme ne vit que de carottes, pour dire, qu Il vit mesquinement. [b]f♛/b] On appelle Carotte de tabac, Un assemblage de feuilles de tabac,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Carotte — Ca rotte , n. [F., prop., carrot.] A cylindrical roll of tobacco; as, a carotte of perique. [Webster 1913 Suppl.] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Carotte [1] — Carotte (fr.), 1) gemeine Möhre; 2) Tabaksbunde, s.u. Tabak; das Binden (Carottiren) geschieht mittelst des Carottenzuges, s. ebd …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Carotte [2] — Carotte, portugiesische Goldmünze, 1/2 Dobras, ungefähr 113/4 Thlr …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Carotte — Carotte, eine Goldmünze in Portugal = 11 Thlr. 23 Sgr. 6,4 Pfg. = 17 fl. 12 kr. C. M …   Herders Conversations-Lexikon

  • carotte — CAROTTE. s. f. Espece de racine bonne à manger. Faire cuire des carottes. On dit, qu Un homme ne vit que de carottes, pour dire, qu Il vit mesquinement …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Carotte — Pour les articles homonymes, voir Carotte (homonymie). Carotte …   Wikipédia en Français

  • carotte — (ka ro t ) s. f. 1°   Plante potagère de la famille des ombellifères, à racine pivotante et charnue, douce, sucrée, comestible.    La racine même.    Fig. et familièrement. Ne vivre que de carottes, vivre mesquinement. 2°   Carotte de tabac,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CAROTTE — s. f. Plante potagère de la famille des Ombellifères, dont la racine, pivotante et charnue, a le même nom, et s emploie comme aliment. Planter des carottes. Faire cuire des carottes. Fig. et fam., Ne vivre que de carottes, Vivre mesquinement. … …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CAROTTE — n. f. Plante potagère de la famille des Ombellifères dont la racine, pivotante et charnue, a le même nom et s’emploie comme aliment. Par analogie, Carotte de tabac, Assemblage de feuilles de tabac roulées les unes sur les autres en forme de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.